Fondée en 1868, IWC Schaffhausen est une société horlogère située au cœur de la ville suisse de Schaffhouse, dans le canton de… Schaffhouse. Cette société, fondé par Florentine Ariosto Jones, un américain, associé à Johann Heinrich Moser un suisse, s’est toujours démarquée grâce à son approche novatrice de l’horlogerie. Parmi ses plus grands succès figure la Portugaise, ou plutôt la série des Portugaise. En effet, depuis le premier modèle sorti en 1939 de nombreuses autres Portugaise se sont succédées.

Portugaise, un nom insolite pour une montre !

Portugaise ? Étrange nom pour une montre fabriquée dans le nord de la Suisse à la fin des années 30 !

Ce nom s’explique par l’histoire de la première montre de la série. Cette première montre à été commandée par deux portugais de Rodrigues et Teixeira. En 1936, au moment de passer commande auprès d’International Watch Company, nom d’IWC à l’époque, ils voulaient disposer d’une montre à porter au poignet et dont la précision soit au moins égale à celle d’un chronomètre de pont, instrument qui se glisse dans une poche. Il s’agissait alors de combiner deux objets a priori incompatibles : une petite taille et une grande précision.

3 ans de travail

Il faudra 3 années de travail aux ingénieurs de la manufacture pour trouver la solution. Ces ingénieurs ont alors détourné le calibre 74 de son affectation originale, pour l’adapter à un boîtier rond de grand diamètre, en acier fin. La Portugaise, à la silhouette surdimensionnée est née ! Elle détonne au regard des standards de l’époque éprise d’Art déco. C’est cette rupture avec les canons de l’époque lui ont permis de passer à la postérité !

D’autres Portugaises se succédent

La Yacht-club automatic, arrive en 1967 lors de la foire de Bâle. Ce sera un best-seller pour la marque, ce qui assoira définitivement la légitimité d’IWC dans la fabrication de montre très techniques Montre Portugaise

1993, à l’occasion du 125ème anniversaire de la manufacture, se passe un tournant avec l’apparition de la Portugaise moderne, doté du calibre 9868 adapté du légendaire calibre 98. Le mécanisme est visible au travers d’un fond transparent en verre saphir. C’est cette année là que le garde-temps connaîtra un retour triomphal sous le nom de Portugaise.

(source Rama)

En 2000, sort la Portugaise automatique, dotée d’un calibre 5000, un nouveau calibre maison et d’un mouvement équipé d’un remontage bidirectionnel Pellaton.

Depuis, les ingénieurs d’IWC continuent à multiplier les prouesses techniques et notamment les complications dans des boîtiers dont la taille est comprise entre 40 et 45 millimètres de diamètre.

Ainsi en 2015, la collection Portugaise propose deux nouveautés et six modèles perfectionnés. La complication du calendrier annuel, est disponible pour la première fois chez IWC. Le calendrier annuel indique, dans trois fenêtres semi-circulaires, le mois, la date et le jour de la semaine.


Présentation de la collection par IWC.

Quel modèle de Portugaise choisiriez-vous ?

Montre Portugaise : un nom vraiment étonnant !
Tagged on: